26 septembre 2022

Esprit Libre

un média libre sans pub

Rouen et Napoléon : 200 000 euros de jeté en l’air !

4 min read

La statue de Napoléon à Rouen, vous connaissez ? L’utilisation des fonds publics, vous savez ce que c’est ? Les fermetures de centres sociaux, ça vous parle ? Faites un méli-mélo de tout cela et vous obtenez une recette de ouf !

Dabord, prenez une statue, déboulonnez-là pour la restaurer ! Rien ne prouve que la statue de Napoléon en avait besoin d’ailleurs. Quand bien même : Etait-ce une dépense vitale ? Allez-hop 200 000 euros …minimum dirai-je ! Puis, regardez ce qui se passe sur les Hauts de Rouen ….Une radio (HDR) en redressement judicaire depuis 2008 qui croule toujours sous les dettes et dont on réduit de plus en plus la voilure…mais passons, pourquoi pas …Après tout, ça s’explique peut-être aussi par d’autres raisons. Faites, du coup 1, 5 kilomètres sur le plateau, direction la Grand Mare. En passant, recueillez – vous auprès des cendres associatives de l’A.C.S (centre social du châtelet) et de la mjc du même quartier. Plus rien dans cette zone…. nada !

La grand mare

Vous arrivez à la Grand-Mare et intéressez-vous au cas du comité de coordination de la grand mare. Ancien centre social destitué de son accréditation par la caisse d’allocation familiale de Rouen il y a quelques temps sous le mandat d’ Yvon Robert ( la même équipe que celle de cui-cui ) ! Et voilà une association qui n’est plus que l’ombre d’elle-même et qui virevolte aujourd’hui au bénéfice d’autres structures plus en odeur de sainteté pour cause idéologique avec une gouvernance plus…. » municipale » . Mais on ne l’a pas complètement rasée rassurez-vous. On l’a intégré dans une nouvelle dynamique officielle intitulée Mixity. Bref, les choses changent et ceux qui ont eu le pouvoir n’ont peut-être pas su agir quand il en avaient la possibilité.

St Gervais

Changez de quartier, prenez la rive droite….Style / genre le quartier st Gervais. Population importante sans aucune dynamique municipale tant associative que solidaire. Mais rassurez-vous, les nouveaux élus municipaux rattachés à ce quartier sont tout feu tout flamme et promettent de créer dans cette zone d’habitation une réelle vie sociale et économique. Ils sont sauvés ! Et comme le dit « maxime » : Les promesses……

Du coup, les habitants de ces deux quartiers, ils en pensent quoi du fait que l’on lâche 200 000 mille balles pour restaurer une statue ?

Il en pensent certainement la même chose que lorsqu’on a lâché en 2008, 350 000 euros pour construire un pont éphémère en bois coloré qui ne dura que 8 semaines et qui ne servit à rien juste pour la carte postale et le plaisir de certains petits bobos épris par la beauté de l’œuvre artistique. Bref : Gâchis-gâchis-gâchis de fonds publics ! Dans le même temps, rappelons-le, mourait au châtelet un centre social qui fit la joie et la fierté d’un quartier populaire pendant plus de 30 ans sans être remplacé ! ( et toujours sous une mandature cousine à celle de l’actuel cui-cui). 350 000 euros, c’était justement le budget annuel de ce centre social.

Revenons à aujourd’hui

Alors quand vous constatez tout ce gâchis d’argent public pour une statue évoquant un empereur, symbole d’une période historique rappelant surtout la destruction guerrière et la famine d’un peuple sacrifié pour la vanité et la cruauté d’un empereur, ça pose questions !

Ajouté à cela, il s’est invitée une polémique bidon proposant un éventuel remplacement de la statue par d’autres personnages symboliquement plus positifs. Mais c’était sans compter sur la mobilisation sans faille des partisans pro-napoléoniens qui se prononcèrent en majorité pour le maintien de la statue du « destructeur de monde » sur le parvis de la mairie !

Si on ajoute à cela la perfidie de ce référendum qui régla l’expulsion des skateurs rouennais du même parvis, n’emmerdant personne mais dérangeant la bien-pensance rouennaise, vous vous retrouvez avec un fonctionnement très étonnant de la démocratie participative ! On vire des jeunes skateurs soi-disant dangereux, et on maintient la statue d’ un dirigeant sanguinaire.

200 000 euros !

200 000 euros d’argent public (minimum) parti en fumée pour une navrante restauration. Des skateurs virés qui l’ont toujours à travers la gorge, des quartiers populaires dépourvus de véritables centres sociaux structurants. Alors oui, il y a de quoi pousser un coup de gueule !

Frédéric Quillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.