Au commencement

Au commencement

Loin du brouillard

A la pointe du stylo

Entraîné par son encre

Je levais le voile

A cette époque

J’absorbai tous les instants 

Je débordai  de silence

Je soulevai  l’indicible

Sur mon cahier d’écriture

Et le temps fut venu

De naître de ses limites

Puis, ce fut ton histoire

Soudain tes voix

 Animèrent en ces lieux

La cassure des frontières

Et tes gestes fracassaient les voies

Dans ce temple de lumière

F.Quillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *