Piège de cristal

Parfois, c’est le temps qui s’arrête

On revit son histoire dans un coin perdu

Les rires d’autrefois, les erreurs  du passé

Ces images qui rejaillissent de l’on ne sait où

Les parfums de l’enfance t’aspergent à nouveau

Et on se demande où tout cela nous mène

Et on quémande son cœur pour contenir l’émotion

Les images de Carthage gênent ton émoi

Ainsi s’étend notre histoire le temps d’une amertume

Sur l’image de l’enfance captive, de la liberté illusoire

Ressasser nos chimères d’antan, bref retour

Flammes saisissantes parsemées de regret 

Voilà donc ce chemin délicieux que nous prenons

De souvenirs en souvenance sur ce couloir temporel

Pour oublier ne serait-ce qu’un instant de sa vie

L’ombre qui nous mine au fin-fond du terril

Et voici venir les pièges pernicieux qui se dressent à ta gloire

Ce cortège de poussière qui raisonne sur ton glas

Et on t’emmène au creux de ta dernière demeure

Le sable ne s’égrène plus dans ce cœur orphelin

Frédéric Quillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *