24 mars 2023

Esprit Libre, le média

Libre et sans pub

Aucun intérêt

1 min read

Gémir sur l’été qui d’achève en vaine souffrance

Pas de croyance mûre même quand il ne sais pas

Sa manche ne tient pas le poing qui se tend et gémis

A côte perdue pour une neuvième fêlure masquée et portée

L’ abondante moisson nourrit l’enseignant guilleret

Il cueillera le fruit de ses lanternes mauves dans l’allégorie messianique

Et tu dépouilles le temps de ses lourdes minutes décisionnaires

C’est en pieux desséché que tu te présentes devant l’acropole printanière

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.