19 août 2022

Esprit Libre

un média libre sans pub

Par Jupiter et l’essaim de l’enfer !

2 min read

Au rythme de la vie se glissaient ses larmes de douleurs

Pendant que je m’empressais de naître sur le clair obcur

Un sillage d’été me laissait entrevoir une évidence, puis un cauchemar

Et je criais, hurlait sur fond de son épuisement de lumière en lumière

Et mes yeux brulent d’infini en infini et elle éponge mes secrets

une main ouvrière commence à me tripoter comme une chose flasque

Et je crie à nouveau fou d’une autre vie buvant l’allégorie du remord

Elle est soulagée loin de moi. Elle dort. Je vais la retrouver. J’ai froid.

Mais pourquoi donc me passe-t-on autant de trucs sur ma peau ?

Mais qu’est-ce que je leur ai fait pour qu’on me traite de la sorte ?

Elle dort, me réclame, se rendort. Il lui tient la main . Mais c’est qui lui ?

J’hurle à nouveau car on ne va pas me remettre dans ses bras. Terrifiante nouvelle

Direction la couveuse, je suis sorti trop tôt . Elle n’en pouvait plus

Je ne lui en veux pas car la vie, c’est souvent ça : l’impuissance et la protection

Ne tremble plus je prends la main d’une vie qui je veux exaltante

Et dans mon vaisseau de fortune, je vais enfin terminer ma nuit et partir loin

Visiter les étoiles et retenir les songes de Septicorne, la magicienne bleue

Hier c’était l’hiver, ils avaient peur de la chèvre, mais pas moi

J’étais prêt à affronter jadis les êtres en robes blanche qui volaient sur les songes

A torrent ouvert, les fées s’interdirent d’appeler le prince sans carrosse

Blotti sous les fleurs d’ébène, la bise en fête, j’oubliais tout pendant qu’elles riaient

Et je ne la revis jamais… Plus tard, l’autre me raconta toute l’histoire de ce jour maudit

Que le diable m’emporte !

Frékié

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.