27 septembre 2022

Esprit Libre

un média libre sans pub

Quand mon chagrin succombe, j’en remets une couche

En totale hécatombe, l’amour décline l’âme exilée

Que dirait Bérénice dont la vertu au destin brumeux

S’enfuit au large avec l’ami Titus ?

Et tombe la lyre sur le matin souriant de roses inconsolables

Que fait le son du silence à cœur-joie ?

Et si, sans toi, Bérénice, Titus pouvait redevenir Titus ?

Illusion ! cachot croquant, destin amorphe comme une chanson de Renaud

Porte-lumière qui envie la fleur pétrifiée en cale sèche

Et le buisson prie ardemment sur le rameau ramolli (le rameau lit Houellebecq ! )

Maux de faveur qui s’estompe sans une once de poudrière aigue

Une fauvette contemplative sort son jeu de paume boisé

Pardonne-lui, il ne savait pas !

F.Q

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.