27 septembre 2022

Esprit Libre

un média libre sans pub

L’affaire des disparus bizarre se complique !

3 min read

C’est Lupin de Lozières junior qui mit “Racht” sur cette affaire. Une histoire pouvant passer pour drôlatique s’il n’y avait pas une suspicion de décès pour les disparus. Trois hommes ne donnent plus de signes de vie depuis 152 heures (soit à peu près 1000 heures en francs). Le dernier en date, c’est Logiciel. Le même que l’on évoque dans ce polar, chapître 2 . Vous nous direz : ” La coïncidence est plus que troublante” et vous auriez raison. L’auteur de ce roman aurait-il un don spécial pour évoquer un personnage dont les contours psychologiques et physiques ne sont pas encore traçés ? Laissons cela de côté. Un détail.Une noix de pet de none !

Les évaporés étaient tous des mathémaciens renommés. Michel Prothus travaillait à l’université de Sauvignon sur andèle, Simon kalimov vivait une belle retraite dans un deux pièces à Manton; quant-à Logiciel Software, il avait la particularité de travailler comme mathématicien quantique dans une de ces usines à moteurs à Proton tant redoutée par les écologistes à pointes vertes.

” – Je vais commencer par lui lança soudainement Rachtermick

_ Fichtre ! Pourquoi donc rétorqua Lupin.

_ L’auteur de ce roman le connaît, c’est peut-être une piste. ”

De Lozières fut assez stupéfait. Il se demandait comment Rachtermick ferait pour rentrer en contact avec Joseph Bernard, l’écrivain. Cela dit, Lupin faisait totalement confiance à Racht et ça durait depuis 30 ans. Cela date du jour où bien qu’ivre, il sauva la vie de sa soeur Mujelle qui tenta de se suicider suite aux moqueries de ses camarades de classe à cause de son prénom. Amis pour la vie Racht et lupin ? Cela restera encore à prouver, surtout dans le chapître 45 de ce polar intrigant.

Rachtermick fila à l’espagnole pour se rendre au domicile de Joseph Bernard afin d’en savoir plus sur Logiciel Software. Il emprunta la rue des longs couteaux, rue rouennaise récente ( anciennement rue aux juifs rébaptisée par le maire de la ville, Delphin Pénnelle du mouvement progresisto-nationaliste les “Nationaux Populaires”). Un détour par la rue massacre ( Une des rares rues non-rebaptisées) et sautant sur un Vélrisque, un vélo gratuit de la ville, il remonta la rue Maréchale d’Arc pour prendre sur la gauche la rue de la mosquée brulée. Fonçant à toute berzingue, il ne put éviter un chat noir qui fut coupé littéralement en deux par le vélocipède. Le sang du chat s’écoula directement dans les égoûts de la ville ce qui provoquera 6 mois plus tard une épidémie qui fera 50 000 morts. Bien évidement nous reviendrons sur cet épisode futuriste au moment de l’histoire. 500 mètres plus loin, Rachtermick stoppa ses deux roues assassines devant la grille de la villa de Joseph Bernard. ” Putain, romancier, ca paie bien ” pensa le détective.

Il sonna. Pas de réponse. Racht insista. Rien. Joseph Bernard était aux abonnés absents. Un détail, pourtant, fit frémir Rachtermick. La villa répondait au nom: ” Invariance “, un terme mathèmatique ! Et si le kidnappeur n’était autre que Joseph Bernard, l’auteur du roman ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.